Retour sur la Nuit Européenne des musées Imprimer

Samedi 16 mai 2015, la nuit européenne des musées offrait un moment symbolique, celui de la fermeture officielle Paul Dubois – Alfred Boucher en attendant l’ouverture du musée Camille Claudel. Retrouvez le discours de fermeture du musée Paul Dubois-Alfred Boucher.

Discours de fermeture du musée Paul Dubois-Alfred Boucher de Nogent-sur-Seine, samedi 16 mai 2015 de Hugues Fadin, Maire de Nogent-sur-Seine

« Mesdames et messieurs,

J’ai l’honneur de vous accueillir ce soir à Nogent-sur-Seine où nous vivons un moment symbolique, celui d’assister ensemble à la fermeture du musée Paul Dubois-Alfred Boucher.

Cette fermeture coïncide avec l’organisation de la Nuit européenne des musées. En effet, considérant que notre ville a une forte ambition culturelle, nous avons considéré qu’il était important que Nogent-sur-Seine mette en valeur son musée, son patrimoine culturel et une partie, peu connue, de sa collection.

Aujourd’hui, il était nécessaire que la ville rende hommage à ses artistes qui ont marqué l’histoire en ayant l’audace d’installer un musée au sommet de la motte féodale.

Un musée historique

Nous devons la création du musée en 1902 à deux sculpteurs à forte renommée, Alfred Boucher et Paul Dubois, ce dernier étant à l’époque le plus célèbre car il dirigeait la prestigieuse Ecole nationale des beaux-arts de Paris. Ces sculpteurs avaient évidemment un lien très fort avec notre ville. Paul Dubois y est né en 1829. Alfred Boucher, né à Bouy-sur-Orvin en 1850, s’y est installé en 1859 lorsque ses parents devinrent les employés du sculpteur néo-classique Marius Ramus.

Dès l’origine, la collection était constituée des oeuvres de Paul Dubois et d’Alfred Boucher. Elle s’est densifiée grâce à des donations, comme vous avez pu le constater dans les documents d’archives présentés dans l’exposition temporaire de cette semaine. Après une longue période de sommeil, au cours de laquelle, notamment entre 1940 et 1970, de nombreux objets vont disparaître, Jacques Piette, ancien conservateur, mis toute son énergie pour permettre au musée de reprendre progressivement ses activités.

Plus proche de nous, en 2010, des travaux de réaménagement et de mise en conformité, comme le renforcement des planchers, les socles, la peinture, le nouvel éclairage muséographique, la filtration de la lumière naturelle ou la scénographie, ont été réalisés sous l’impulsion du conservateur Yves Bourel.

Un musée porté par une politique d’acquisition

Avec la présentation et la conservation des collections, ce qui fait la force d’un musée, c’est sa politique d’acquisition. Camille Claudel ayant résidé à Nogent-sur-Seine entre 1876 et 1879, où elle rencontra Alfred Boucher qui lui révéla sa vocation de sculpteur, l’objectif affiché ces dernières années était de mettre en valeur Camille Claudel et son art à Nogent-sur-Seine.

Inutile de préciser ici que cette politique d’acquisition fut riche et dynamique avec, notamment :

L’acquisition de L’Implorante et Etude de tête pour l’Hamadryade en 2006 et 2007 ;

L’achat auprès des AGF du seul marbre monumental connu de Camille Claudel Persée et la Gorgone par voie de mécénat en 2008 ;

Et, la même année, l’acquisition des collections de Reine-Marie Paris et Philippe Cressent.

Aujourd’hui, le musée Dubois-Boucher possède une collection de plus de 400 sculptures de la IIIe République. Et, ce « Musée de France » est devenu le lieu de référence pour Camille Claudel.

Un musée qui devient « espace »

Ainsi, la ville de Nogent-sur-Seine a procédé à la constitution d’un ensemble exceptionnel d’œuvres de Camille Claudel qui trouvera sa place au sein du musée éponyme en cours de construction sur l’îlot Saint-Epoing.

Je tenais simplement à vous préciser qu’il est encore un peu tôt pour définir précisément une date d’ouverture du musée Camille Claudel. Contractuellement, Musée Nogent SAS doit proposer à la ville de Nogent-sur-Seine les bâtiments du musée au 15 mai 2015. C’était hier et, vu l’avancement des travaux, vous pouvez toutes et tous constater que nous ne serons légitimement pas dans les temps.

Nous avons toutefois bon espoir de voir le musée Camille Claudel ouvrir prochainement. Et, vous le savez, même si je considère que le montage juridique et financier n’est absolument pas un atout pour un tel projet et pour notre commune, avec Pascale Meyer et l’ensemble des conseillers municipaux, sans compter évidemment le travail des services de la ville, nous mettons tout en œuvre pour que cela se passe le mieux possible.

Le transfert de la collection avec l’ouverture du musée Camille Claudel transformera le musée Dubois-Boucher actuel en « espace Dubois-Boucher ». Il s’agit de l’hypothèse envisagée par la délibération du Conseil municipal du 3 octobre 2012.

Le musée actuel aura bien une nouvelle destination dans les années à venir. Elle est encore à définir précisément.

Pour conclure, je veux vous remercier de votre présence ce soir et je tiens également à remercier particulièrement celles et ceux qui ont participé de près ou de loin à la bonne réalisation de cette manifestation. Je pense notamment :

A Madame Françoise MAGNY, conservateur en chef honoraire du patrimoine, chargée de mission sur le musée Camille Claudel, qui a réalisé l’exposition temporaire proposée au public cette semaine ;

Aux musiciens Sandrine Geoffroy, Hélène Dufour et Fabien Degueille ;

Aux services de l’OGEC ;

Aux conseillers municipaux de Nogent-sur-Seine ;

Aux services de la ville de Nogent-sur-Seine et, principalement, les services musée, communication, culture et techniques ;

Ce soir, nous fermons symboliquement le musée Paul Dubois-Alfred Boucher, en attendant l’ouverture du musée Camille Claudel.

Je vous remercie pour votre attention. »

Hugues FADIN,
Maire de Nogent-sur-Seine