Imprimer

La motte féodale
& la Bataille des Anglais

chapelle

A Nogent-sur-Seine, le passé médiéval - s’il est plus ténu que le patrimoine XIXe - n’en est pas moins bien réel. La motte féodale sur laquelle domine le musée Dubois-Boucher et les vestiges des remparts de la forteresse en témoignent.

 


D’autre témoignages subsistent parmi lesquels les chapelles comme celle du Dieu de pitié dite « des Anglais ».

Explications : « Après la bataille de Poitiers en 1350 où le roi de France Jean Le Bon fut fait prisonnier par Édouard III roi d'Angleterre, les garnisons composées de soldats étrangers, surtout allemands qu'Édouard avait appelée sous ses drapeaux étaient mécontentes et mal payées. Devenues inutiles, elles se formèrent en bandes qui prirent le nom de « grandes compagnies ».Ces bandits se choisirent des chefs et se mirent à ravager la France. L'un d'eux, le chevalier Eustache d'Aubrecicourt, général anglais, fut attaqué le 13 juin 1359 devant la ville de Nogent-Sur-Seine à la porte du faubourg Béchereau non loin de la chapelle du Dieu de Pitié, par Brocard de Fénestrange, chevalier lorrain au service du Régent de France.

 

Le combat fut des plus meurtriers et les Français allaient succomber quand Henri de Poitiers, Évêque de Troyes, instruit du danger dont la ville était menacée accourut avec les habitants armés, puis invoquant le Très-Haut, il s'écria "O mon Dieu ayez pitié de nos gens"(1). A cet instant même le ciel jusque-là très couvert s'éclaircit du côté de la ville et se chargea d'épais nuages sur la route de Bray où se trouvaient les Anglais. Cet événement permit à Brocard de rallier ses soldats et avec l'aide des habitants de Nogent il gagna la bataille et fit prisonnier le général anglais. » D'après une tradition populaire, c'est à cette exclamation qu'est du le nom de Nogent (Nos gens).