Imprimer

Au temps des bâteliers

Les écluses et le transport fluvial à Nogent-sur-Seine

Construite autour de cet axe naturel de communication entre la Champagne et l’océan via la région parisienne, Nogent-sur-Seine a connu son essor notamment grâce au transport fluvial. La construction des ponts St-Edme et St-Nicolas permettant le passage des bateaux grâce à un tirant d’air élevé permit par ailleurs de relier une berge à une autre, retirant au fleuve son statut d’obstacle naturel et contribuant ainsi à l’ouverture du Nogentais sur l’extérieur.

 


Dans le même temps, le creusement du canal – créant du même coup l’Ile Olive – évitait le passage du si dangereux pertuis des moulins. De cette même période, courant XIXe, Nogent a hérité de perrés, encore visible place des petits près et du gabarit Freycinet aujourd’hui augmenté à 1000t et destiné à atteindre le gabarit européen de 3000 t.

« Mort à l’âge de 95 ans en 1923, Charles-Louis de Saulces de Freycinet est l’inspirateur du gabarit Freycinet et de cette bonne vieille 38m, image même de la péniche», Fluvial. Dernier grand défenseur des canaux sous la 3eme république, Charles de Freycinet modernisa des canaux parfois vieux de trois siècles en jouant sur leur gabarit et leur alimentation en eau. Entre 1879 et 1913, 1519 km de voies navigables ont été ainsi modernisés.

Ecole polytechnique, ingénieur des Mines, homme politique, Freycinet, collaborateur de Gambetta après 1870 a été ministre des Travaux Publics, puis quatre fois président du Conseil, ministre de la guerre et ministre d’Etat pendant la Grande Guerre. Auteur de nombreux ouvrages scientifiques, il a été élu à l’Académie française. Le gabarit : Longueur 38,50 m, largeur 5,06 m, tirant d’eau 1,80 m.